Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sandrine Scardigli, la face non cachée

Sandrine Scardigli, la face non cachée

Métiers du livre : édition, écriture, librairie, formation

Un peu de correction... "Boîte"

Dans une volonté pédagogique, et surtout poussée par un ras-le-bol face au nombre d’erreurs, coquilles, barbarismes et autres fautes prouvant l’absence de correcteur lors du travail éditorial, je me demande s’il ne serait pas bénéfique de vous proposer une série du genre « un peu de correction chaque jour/mois/semaine » (en fonction de mon temps disponible et du nombre de textes « qui font saigner les yeux » que je lis).

 

Aujourd’hui : de l’importance de l’accent circonflexe, par l’exemple du substantif « boîte ».

« Boîte » s’écrit avec un accent circonflexe.

Comment vous en souvenir ? Une boîte n’est une boîte que si elle a un couvercle.

Évidemment, une boîte sans son couvercle n’est pas bancale : il n’y a pas de lien de cause à effet entre la boîte avec son accent (ou son couvercle) et son éventuelle boiterie. Mais une boîte qui boite est une boîte qui tente de marcher, ce qui relève, vous en conviendrez, de la télékinésie ou de l’animisme.

 

Un peu de correction... "Boîte"

Si votre correcteur orthographique ne vous souligne pas en rouge « boite », c’est que le mot « boite » est un verbe conjugué : la première ou la troisième personne du singulier pour le présent de l’indicatif du verbe « boiter », ou l’impératif présent de la deuxième personne du singulier : « Boite ! ».

Donc : lorsqu’il s’agit de l’objet, merci d’écrire une « boîte ». Avec un accent circonflexe.

Surtout si la boîte constitue le cœur de votre intrigue.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jord De Rengervé 29/12/2014 04:41

Un article qui tient debout, pas du tout boiteux. J'aimé le commentaire sur le coeur de l'intrigue.