Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sandrine Scardigli, la face non cachée

Sandrine Scardigli, la face non cachée

Métiers du livre : édition, écriture, librairie, formation

Innover dans l'édition : J'ai Lu et les blogs

Innover dans l’édition, cela passe par l’invention de nouvelles formes de structures (Le Cercle de Fred), par la redéfinition du rôle des auteurs (L’Ivre-Book), par l’utilisation des nouvelles technologies (Walrus)… mais cela peut également passer par la redéfinition du rôle des lecteurs.

Le premier exemple, J’Ai Lu, qui s’est appuyé en 2014 sur son réseau de blogueurs pour une opération de « bookcrossing ».

Le contexte

Printemps 2014, les éditions Pygmalion annoncent la sortie d’un nouveau roman de George R. R. Martin pour le début de l’été 2014, ainsi qu’une rencontre unique avec l’auteur à Dijon.

Pour l’occasion, les éditions J’ai lu, éditrices des traductions de G.R.R. Martin en format poche, organisent un bookcrossing, c’est-à-dire un « lâcher de livres », en s’appuyant sur leur réseau de blogueurs et chroniqueurs littéraires.

Innover dans l'édition : J'ai Lu et les blogs

L’opération

En mai, les blogueurs sont sollicités. Les participants reçoivent chacun 5 exemplaires du tome 1 de la série Le Trône de fer, soigneusement empaquetés dans des emballages étanches, et accompagnés d’une petite note expliquant l’opération.

Le 4 juin, l’opération est officiellement lancée sur les blogs, sites et réseaux sociaux des volontaires.

Le bookcrossing consiste à cacher les exemplaires en différents lieux symboliques ou particuliers, en relayant sur les réseaux sociaux, notamment ceux que la maison d’édition a créés pour l’occasion. Grâce à Internet, ce sont les journalistes locaux eux-mêmes qui contactent les blogueurs participant à ce « lâcher de livres ».

La conclusion

En s’appuyant sur le réseau informel des blogueurs, la maison d’édition a touché les médias traditionnels, d’autant mieux que la stratégie mise en place était originale. Le risque financier pris par J’ai Lu est minime : le nombre d’exemplaires offerts peut sembler important, mais il s’agissait d’une édition ancienne du titre.

Cette présence dans les médias traditionnels est cruciale : en effet, selon un sondage Livres Hebdo de juillet 2015 effectué auprès des professionnels du livre[1], la télévision reste le premier prescripteur (notamment l’émission La Grande Librairie), suivie de la presse écrite (Le Monde). Toutefois, il est difficile de mesurer les sources réelles de prescription. La communication par Internet étant moins coûteuse et très rapide, de nombreux éditeurs n’hésitent pas à l’utiliser pour nouer des partenariats de communication en s’appuyant par exemple sur les communautés de lecteurs, la plus importante en France étant Babelio. Mais c’est une autre histoire.


[1] L’Impact des médias sur les ventes de livres, Livres Hebdo, disponible en téléchargement pour les abonnés. 6 pages. Juillet 2015. Auteur non précisé.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article