Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sandrine Scardigli, la face non cachée

Sandrine Scardigli, la face non cachée

Métiers du livre : édition, écriture, librairie, formation

Innover dans l'édition : Snark et la POD

 

L'innovation en édition passe aussi par la recherche de nouveaux moyens de fabrication. Parmi ceux-ci, l'impression à la demande, avec l'exemple de son utilisation par les éditions Bragelonne.

L’impression à la demande consiste à n’imprimer que les livres commandés. Elle permet d’alléger la logistique et la trésorerie des libraires et des éditeurs. La plupart des titres ainsi imprimés sont des titres aux tirages épuisés, ou datant d’avant 1920 pour lesquels il n’y a plus d’ayant droit. Toutefois, un éditeur actuel, Bragelonne, utilise l’impression à la demande pour certaines de ses nouveautés.

Selon le classement Livres Hebdo, les éditions Bragelonne, créées en 2000, font partie des plus grandes maisons françaises (34e au palmarès 2014, avec un CA de 12 705 K €). Cette maison spécialisée dans la littérature de l’imaginaire (science-fiction, fantasy, fantastique) et jeunesse s’est lancée en 2010 dans le livre numérique, qui représente désormais 15 % de son chiffre d’affaires[1]. Bragelonne a lancé en janvier 2014 Snark, une collection « primonumérique », dédiée à de jeunes auteurs et à des formes littéraires expérimentales telles que les romans feuilletons numériques.

La distribution des éditions Bragelonne étant assurée par le groupe Hachette, la maison s’est naturellement rapprochée d’Hachette pour lancer l’impression à la demande sur les titres de Snark. Il s’agit de proposer une solution à ses lecteurs attachés à la version papier, sur des titres pour lesquels une impression traditionnelle représenterait un risque. Cette utilisation de l’impression à la demande n’est pas qu’une nouveauté en terme de fabrication, mais bien en terme de distribution, puisque les titres de Snark ne sont pas travaillés par les représentants de chez Hachette, ne sont pas stockés en attendant d’être vendus, et qu’aucun retour n’est géré. Le risque est limité, puisque la fabrication est lancée à la demande du client, ce qui permet de diminuer les stocks gérés par le distributeur comme par le libraire.

En savoir plus : articles sur le blog de la maison d'édition http://bragelonne-le-blog.fantasyblog.fr/archives/4903

 

 


[1] DESLANDES Claire, émission Pixel, entretien sur France Culture, le 3 juillet 2015. http://www.franceculture.fr/emission-pixel-quels-modeles-pour-la-vente-de-livres-numeriques-2015-07-03

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article